:::: MENU ::::
Actualités

59% des restaurants collectifs servent des produits Bio

09/10/2014
 

Les derniers résultats communiqués par l’Agence Bio révèlent que le secteur de la restauration collective affiche un fort potentiel de développement.

La progression de la consommation bio à domicile est une tendance de fond en France. Au total, le marché bio dépasse 4,5 milliards d’euros fin 2013, avec des ventes de produits bio pour la consommation à domicile en progression de +9 % vs 2012. En Restauration Hors Domicile, la présence de la Bio s’accentue et affiche un fort potentiel de développement. Au-delà de chez eux, les Français ont envie de consommer des produits bio où ils veulent, quand ils veulent. 68 % des parents se disent intéressés par la Bio à l’école, 53 % des actifs sur leur lieu de travail et 54 % des Français en restauration commerciale]. En écho aux aspirations des consommateurs et avec une production certifiée bio en augmentation, la RHD dispose aujourd’hui de tous les ingrédients pour afficher la Bio aux menus.

La Bio au menu dans près de 6 restaurants collectifs sur 10

Entre 2009 et 2013, les achats de produits bio par la restauration collective ont été multipliés par près de deux, passant de 92 millions d’euros en 2009 à 172 millions d’euros de 2013. En 2013, près de 6 restaurants collectifs sur 10 servaient de la Bio à leurs convives, contre seulement 36 % en 2009. Des restaurants commerciaux commencent également à proposer de la Bio à leurs clients.

La restauration scolaire : au premier rang de la Bio

L’introduction des produits biologiques dans la restauration collective constitue l’un des axes d’actions du plan « Ambition Bio 2017 » visant à favoriser le développement de l’agriculture biologique. En 2013, 59 % des restaurants collectifs proposaient de la Bio à leurs convives, alors qu’ils n’étaient que 4 % avant 2006, et 36 % en 2009. Le secteur scolaire est le plus concerné, avec 79 % d’établissements déclarant proposer des produits bio, suivi du secteur du travail, avec 55 % d’établissements, puis du secteur de la santé et du social, avec 27 % des établissements. L’introduction est plus significative dans le secteur public (70 % des établissements) que dans le privé (44 % des établissements).

Source : www.neorestauration.com